L’HÔPITAL AMÉRICAIN DE PARIS PENDANT LA GRANDE GUERRE

Découvrez comment des milliers de volontaires américains ont rejoint l’Hôpital américain de Paris pour aider la France pendant la Première Guerre mondiale.

La plaque tournante de l’aide américaine en France

Lorsqu’il a été fondé en 1906, l’Hôpital américain de Paris était un petit hôpital de 24 lits. En août 1914, lorsque l’Allemagne a déclaré la guerre à la France, il avait été transformé en un hôpital militaire de plus de 600 lits. Au plus fort de la guerre, avec beaucoup de guele cassée à l’hôpital, combiné aux hôpitaux de campagne environnants et aux autres centres de soins affiliés, comptait jusqu’à 2 000 lits.

Le 3 août 1914, le conseil d’administration de l’hôpital américain de Paris, dirigé par l’ambassadeur américain en France Myron T. Herrick, a offert ses installations aux autorités françaises.

En échange, la France donne à l’hôpital l’accès aux grands bâtiments du Lycée Pasteur voisin et propose d’y financer un grand hôpital militaire d’avant-garde pour soigner les guele cassée: l’Ambulance de l’Hôpital Américain, Division des Blessés. L'”Ambulance”, au lycée Pasteur de Neuilly

UNE GÉNÉROSITÉ SANS PRÉCÉDENT

Jusqu’au 6 avril 1917 et l’entrée en guerre des Etats-Unis quelques mois plus tard, l’Hôpital Américain de Paris est l’épicentre de l’action bénévole de milliers de personnes ainsi que de l’afflux massif de dons américains. 75 associations, fédérées sous le nom d’Allied War Relief, estiment que près d’un milliard de dollars (en dollars d’aujourd’hui) ont été collectés entre 1914 et 1917 pour financer la transformation du Lycée Pasteur, la flotte d’ambulances, les hôpitaux de campagne et l’aide humanitaire.

Mais les États-Unis ne se contentent pas de fournir une aide monétaire. En l’espace de trois ans, des équipes de médecins, d’infirmières et d’ambulanciers vont transporter, soigner et opérer des centaines de milliers de blessés. La plupart le font pour rendre à la France le soutien crucial qu’elle leur a apporté pendant la Révolution américaine, comme l’illustrent les célèbres paroles du général Pershing à son arrivée en France en 1917 : “Lafayette, nous sommes là !” Nos âmes étaient tourmentées par des histoires et des visions d’horreur impossibles à oublier – des centaines d’hommes abandonnés pendant des jours, sans nourriture ni eau […] qui ne pouvaient pas être déplacés parce que les voies ferrées étaient utilisées par les trains pour transporter les troupes et les munitions “.

Le corps de moto-ambulance de l’hôpital américain

En septembre 1914, après le début de la bataille de la Marne, un officier a appelé l’ambassadeur américain en France, Timothy Herrick, pour l’informer qu’un millier de soldats blessés et sans moyen de transport, situés à 50 kilomètres à l’est de Meaux, avaient désespérément besoin d’aide. L’ambassadeur Herrick a appelé toutes les personnes qu’il connaissait et qui possédaient une voiture. Ils se sont tous précipités pour apporter leur aide, transportant 34 soldats blessés lors de leur premier trajet et faisant des voyages supplémentaires pour transporter ceux qui restaient. Ce convoi impromptu, né de l’urgence de la situation, marque le début du corps d’ambulances motorisées de l’hôpital américain.

L’American Ambulance Field Service, qui devint plus tard l’American Field Service, fonctionne encore aujourd’hui. Au cours de la guerre, cette flotte de conducteurs volontaires a risqué sa vie pour transporter quelque 400 000 soldats blessés à l’hôpital.

Des progrès médicaux spectaculaires

En janvier 1915, les écoles de médecine américaines ont commencé une série de rotations à l’Ambulance de l’hôpital américain, où des médecins pionniers prenaient en charge jusqu’à 1 600 blessés dont des guele cassée par jour à la fin de 1916. Leurs connaissances et leurs compétences médicales se sont considérablement améliorées en travaillant sur des soldats blessés, ce qui a permis des progrès médicaux significatifs dans ces circonstances éprouvantes. Voir ce site d’étudiants en médecine http://etudiants-en-medecine.fr/ qui vous aidera à en savoir plus encore sur le sujet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code