La liposuccion et la liposculture dans le temps

De nos jours, la liposuccion est l’intervention de chirurgie esthétique la plus fréquemment pratiquée dans les pays occidentaux. Cette technique a connu un développement rapide depuis les années 1970, lorsqu’elle a été expérimentée pour la première fois par A. et G. Fischer. Elle est actuellement largement utilisée dans la pratique clinique pour de nombreuses situations différentes dans les domaines esthétique, reconstructif et fonctionnel.

Matériel et méthodes

Cet article vise à décrire l’évolution historique de la liposuccion en analysant la transformation de la méthode en fonction de l’introduction d’idées ou d’instruments innovants. Nous nous sommes également attachés à rapporter les principales applications cliniques de cette technique chirurgicale, applicable à la quasi-totalité de la surface corporelle. Nous avons enfin analysé les complications, majeures et mineures, associées à cette technique chirurgicale.

Résultats

La liposuccion est principalement utilisée pour corriger les accumulations de graisse profondes et superficielles et remodeler la silhouette. Elle est devenue une technique complémentaire essentielle pour améliorer le résultat esthétique de nombreuses autres procédures esthétiques telles que la mammoplastie de réduction, l’abdominoplastie, la brachioplastie, le lifting des cuisses et le remodelage corporel post-bariatrique. Cependant, elle peut être largement utilisée pour le traitement d’innombrables pathologies en chirurgie reconstructive telles que les lipomes, les lipœdèmes, les lipodystrophies, la pneudogynecomastie et la gynécomastie, la macromastie et la gigantomastie, le lymphœdème et bien d’autres. Le taux de complications est très faible, surtout si on le compare à celui de la chirurgie d’excision classique. Les principales complications sont généralement liées à une mauvaise exécution de la technique et à une mauvaise prise en charge du patient avant et après l’intervention.

Conclusion

La liposuccion est une méthode sûre, simple et efficace de remodelage du corps. Elle présente un énorme potentiel pour son application en chirurgie ablative et reconstructive, loin des procédés esthétiques les plus courants, avec un taux de complications très faible.

1. Historique

La liposuccion est une intervention cosmétique très courante : une méthode sûre, simple et efficace de remodelage du corps. La première tentative de remodeler la silhouette du corps remonte à 1921, lorsque le Dr Charles Dujarrier a voulu améliorer la forme des chevilles et des genoux d’une patiente danseuse. Il a retiré une grande partie de la peau et des tissus mous, avec une large dissection sous-cutanée et une longue incision cutanée. Le résultat a été tragique en raison d’un retrait excessif de tissus et de sutures trop serrées et vivantes. Cela a provoqué des nécroses et des amputations .
Après cela, de nombreuses autres tentatives ont été faites avec des résultats moins tragiques, avec une résection en bloc de la graisse et de la peau pour recontourner l’adiposité externe de la cuisse. Plusieurs complications telles que des hématomes, des séromes à long terme, des nécroses, des infections et de nombreuses déformations corporelles postopératoires ont grevé cette technique. En 1972, le médecin allemand Schrudde a publié une nouvelle technique moins invasive pour enlever la graisse sous-cutanée, en utilisant une curette utérine dans une technique “pointue” de chirurgie sous-cutanée. Plusieurs autres chirurgiens ont utilisé cette technique jusqu’au milieu des années 1970 : Kesserling et Meyer , en 1976, ont utilisé une grande curette coupante à double lame reliée à un aspirateur de faible puissance pour aspirer la graisse, préalablement séparée du plan profond par des ciseaux. Cette technique “tranchante” restreint son utilisation aux seules régions peu vascularisées pour limiter les complications, déjà élevées.

En 1975, Arpad et Giorgio Fischer , chirurgiens esthétiques père et fils, ont développé la technique moderne de liposuccion. Ils ont été les premiers à introduire une canule creuse émoussée fixée à une source d’aspiration et la technique d’aspiration croisée à partir de plusieurs sites d’incision. Cette méthode “émoussée” permettait d’obtenir des résultats esthétiques meilleurs et plus prévisibles avec beaucoup moins de complications. Les Fischer ont appliqué leur méthode uniquement à l’adiposité externe de la cuisse.
Illouz et Fournier, deux chirurgiens parisiens, ont modifié et popularisé la technique de Fischer. En 1977, Illouz a mis au point un équipement modifié pour pratiquer la liposuccion et a étendu la technique à l’ensemble du corps. Il a introduit des canules émoussées de plus petit diamètre pour réduire la section des nerfs, des vaisseaux lymphatiques et des vaisseaux sanguins. Il a utilisé trois tailles différentes de canules émoussées en fonction de la zone à aspirer : la plus grande (10 mm) pour les flancs, les hanches et les fesses, la moyenne pour les genoux, les chevilles et l’abdomen et la plus petite pour le visage.
Pour rendre la technique moins traumatisante et réduire le risque hémorragique, il a progressivement développé la “technique humide”, basée sur l’injection d’une solution saline et de hyaluronidase dans la graisse, réalisant une hydrodissection avant la procédure de liposuccion.

L’hydrodissection a permis de préserver les faisceaux neurovasculaires, l’élargissement de la couche adipeuse profonde qui doit être aspirée. Il est ainsi plus facile pour le chirurgien de préserver le lambeau superficiel et de ne retirer que la couche profonde.
Fournier, qui a également travaillé à Paris, était initialement un partisan de la “technique sèche”, dans laquelle aucun fluide n’était injecté avant l’intervention, la considérant comme plus précise et plus exacte. Cependant, l’expérience l’a conduit à abandonner cette approche au profit de l’infiltration locale de lidocaïne et finalement de la technique tumescente, reconnaissant les avantages en termes de saignement.
Il a également fortement soutenu la nécessité d’une compression par bandelettes pour soutenir et modeler le tissu aspiré, pendant la période postopératoire. Cependant, le plus grand mérite de Fournier a été de voyager dans le monde entier pour enseigner cette technique à d’autres et les inspirer .

Lawrence Field, un chirurgien dermatologue basé en Californie, a visité et étudié cette technique en évolution en 1977. Il a probablement été le premier Américain à se rendre en France et à apprendre la nouvelle technique de liposuccion auprès des pionniers italiens et français .
Par la suite, au début des années 1980, de nombreux autres chirurgiens se sont rendus en France pour étudier cette procédure. La technique de la canule émoussée est devenue la méthode de liposuccion acceptée dans ce pays et dans le monde entier, et en 1982, l’American Society of Lipo-Suction a été créée pour rassembler les chirurgiens des États-Unis et des pays étrangers en un seul groupe afin d’établir un programme d’enseignement.
En outre, en 1984, la formation à la liposuccion était disponible dans certains programmes de résidence en dermatologie et en chirurgie plastique. Pendant toute cette période, la chirurgie par liposuccion était principalement réalisée sous anesthésie générale. Les dermatologues étaient très intéressés par la réalisation de l’opération sous anesthésie locale. Ils ont donc commencé à combiner une légère sédation préopératoire avec une infiltration locale de lidocaïne. Cependant, les applications possibles étaient limitées par la dose maximale recommandée d’anesthésique local à quelques cas avec de petites zones à traiter.
En 1987, Jeffrey Klein, un dermatologue californien, a été le premier à faire état de l’utilisation de grands volumes d’anesthésique très dilué, ce qui permettait de réaliser des liposuccions de plus grande ampleur entièrement sous anesthésie locale, sans avoir recours à la sédation ou à l’anesthésie générale. Klein a inventé une recette composée de lidocaïne à 0,05%, d’épinéphrine à 1:1 000 000 et de 10 ml de bicarbonate de sodium par litre de solution saline, qui pouvait être perfusée dans les tissus avant la liposuccion .Klein a également démontré que la même dose de lidocaïne diluée dans un grand volume de liquide permettait d’obtenir un bon degré d’anesthésie même sur de grandes surfaces, sans preuve de toxicité systémique.

De plus, la présence d’épinéphrine a produit une importante vasoconstriction qui réduit considérablement les saignements pendant la procédure, ce qui était un problème majeur de la liposuccion avant le développement de Klein.
Lillis a démontré que la technique tumescente de Klein permettait une réduction significative de la perte de sang, même en cas d’aspiration de plus de 3 litres. Il a également vérifié que les travaux de Klein démontraient une absorption plasmatique minimale de la lidocaïne lorsque des solutions à faible concentration étaient perfusées. En outre, la réalisation d’une liposuccion sans anesthésie générale présentait d’autres avantages, comme la réduction de l’hospitalisation, des coûts et des risques liés à l’anesthésie.

Voir https://www.hug.ch/chirurgie-plastique-reconstructive-esthetique/liposuccion pour en savoir encore plus sur la liposuccion à Genève

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code