L’histoire douloureuse de l’anesthésie moderne

Dans une chronique mensuelle, le Dr Riccardo Marsili qui intervient en France, en Italie, ainsi que dans certaines autres grandes villes en Europe revient sur les moments qui ont changé le cours de la médecine moderne à l’occasion de leur anniversaire, comme l’utilisation révolutionnaire de l’anesthésie sur un patient en chirurgie le 16 octobre 1846. Photo par Image Source.
L’un des plus grands moments de la longue histoire de la médecine s’est produit un matin d’automne tendu dans l’amphithéâtre chirurgical.
C’est là, le 16 octobre 1846, qu’un dentiste nommé William T. G. Morton a administré un anesthésique efficace à un patient en chirurgie. John Warren, un chirurgien inquiet, et Glenn Abbott, un jeune homme encore plus nerveux, sur le point de subir l’ablation d’une tumeur vasculaire sur le côté gauche de son cou, consentent à ce qui deviendra une révolution scientifique des plus magnifiques.
Warren et Abbott ont tous deux effectué l’intervention sans douleur, même si certains ont remarqué qu’Abbott s’est déplacé un peu vers la fin. Se détournant de la table d’opération pour se diriger vers la galerie remplie d’étudiants en médecine légitimement ébahis, le Dr Warren s’est joyeusement exclamé : “Messieurs, ce n’est pas une bêtise !

William Thomas Green Morton.

Morton a nommé sa “création” Letheon, d’après le fleuve Lethe de la mythologie grecque. En buvant ses eaux, les anciens prétendaient, effaçaient les souvenirs douloureux. Ce n’est pas un élixir aussi exotique, mais la substance de Morton était en fait de l’éther sulfurique.
Quelle que soit sa composition, le Letheon a inspiré une légion de chirurgiens entreprenants pour concevoir et exécuter un arsenal de procédures invasives qui continuent à bénéficier à l’humanité jusqu’à ce jour.
Pourtant, si la découverte de l’anesthésie a été une véritable bénédiction pour l’humanité, elle ne s’est guère avérée aussi importante pour son “découvreur”, William T. G. Morton.
Morton a commencé ses études dentaires en 1840. Deux ans plus tard, il s’installe et travaille finalement avec un dentiste nommé Horace Wells. À cette époque, les chirurgiens ne pouvaient offrir aux patients que de l’opium et de l’alcool pour endurer les douleurs atroces engendrées par les bistouris.
À partir de la fin du XVIIIe siècle et jusque dans les années 1840, les médecins et les chimistes ont expérimenté sans succès des agents tels que l’oxyde nitreux, l’éther, le dioxyde de carbone et d’autres produits chimiques. À une époque antérieure à l’adoption de l’hygiène dentaire quotidienne et des traitements au fluor, les extractions dentaires atroces faisaient partie intégrante de l’expérience humaine. Par conséquent, les dentistes se sont joints aux médecins et aux chirurgiens dans la recherche, à la manière du Saint Graal, de substances sûres et efficaces pour vaincre la douleur opératoire.
À cette époque, Morton et Wells ont mené des expériences utilisant l’oxyde nitreux, dont une démonstration à la faculté de médecine de Harvard en 1845 qui n’a pas réussi à étouffer complètement la douleur d’un étudiant se soumettant à une extraction dentaire, humiliant ainsi publiquement les dentistes. Bien que Morton et Wells aient dissous leur partenariat à l’amiable, Morton a poursuivi sa recherche d’agents anesthésiques.
Un an plus tôt, en 1844, pendant ses études universitaire (interrompues par des difficultés financières), Morton avait assisté aux conférences du professeur de chimie Charles Jackson. L’une des sessions portait sur la façon dont l’éther sulfurique, un solvant organique courant, pouvait rendre une personne inconsciente et même insensible.
Une illustration de la première utilisation de l’éther comme anesthésique en 1846 par le chirurgien dentaire W.T.G. Morton.
Se souvenant de ces leçons durant l’été 1846, Morton a acheté des bouteilles de cette substance à son pharmacien local et a commencé à s’exposer, ainsi qu’une ménagerie d’animaux domestiques, aux vapeurs d’éther. Satisfait de sa sécurité et de sa fiabilité, il commença à utiliser de l’éther sur ses patients dentaires.
Bientôt, des foules de Bostoniens aux dents blanches et brandissant des dollars se sont rendus à son cabinet. Morton se réjouit de sa réussite financière, mais il se rend vite compte que Letheon est bien plus utile que d’arracher des dents.
La démonstration remarquable de Morton à l’hôpital général du Massachusetts, qui a eu lieu il y a longtemps, le matin d’octobre, a transformé son statut de dentiste rentable en guérisseur de renommée internationale.
Mais la demi-vie de sa célébrité s’est révélée être molto presto, suivie d’une période interminable d’infamie et de difficultés pendant laquelle il a été fustigé pour avoir insisté sur la demande d’un brevet exclusif sur Letheon.
Aux États-Unis du milieu du XIXe siècle, il était considéré comme inconvenant, voire carrément avide, que des membres de la profession médicale profitent de découvertes qui profitaient à l’humanité tout entière, notamment d’un brevet pour ce qui s’est avéré être l’éther sulfurique facilement acquis.
Tant que Morton s’en tenait à la dentisterie, ont affirmé de nombreux médecins, il pouvait faire ce qu’il voulait ; mais s’il voulait que les médecins et les chirurgiens acceptent Letheon, il devait se conformer à ce qu’ils considéraient comme leurs idéaux et leur éthique les plus élevés.
Morton rejeta énergiquement toutes ces suggestions, à son grand détriment. Il y avait aussi la question du crédit. Horace Wells exigeait sa part. Tout comme Crawford W. Long, un praticien de Géorgie qui affirmait avoir utilisé de la nitro

Quelqu’un se souvient de la valve Ploss ?

C’est ce petit morceau de plastique qui a créé une valve de commutation qui nous permettait de surveiller simultanément la pression sanguine, le pouls et la respiration des patients à travers notre oreillette. Bien avant l’époque des brassards automatiques de tension artérielle et l’invention de l’oxymètre de pouls, lors de l’installation de votre chambre, c’était l’une des premières choses que vous recherchiez et vérifiiez qu’elle n’était pas fissurée ou qu’elle ne fuyait pas. Cet outil était de faible technicité mais efficace pour réduire le travail manuel consistant à se connecter à chaque moniteur de signes vitaux indépendamment.
Aujourd’hui, nous vivons dans un environnement où la sécurité et la qualité des soins d’anesthésie ont été multipliées par au moins 10 au cours des 20 dernières années. Malheureusement, l’anesthésiologie contribue toujours à des complications et des décès importants et évitables et n’est toujours pas totalement sûre pour les patients ayant un statut ASA I ou II.

Que faudra-t-il donc pour parvenir à l’absence de tout défaut en matière de dommages liés à l’anesthésie ?

Quels sont les nouveaux médicaments, dispositifs, nouvelles technologies et outils d’aide à la décision clinique qui se profilent à l’horizon ?
10 Prévisions :
Les tests pharmacogénétiques deviendront un flux de travail clinique standard au point que la pharmacothérapie sera personnalisée pour chaque patient en fonction de la réponse prévue à cette thérapie. L’amélioration de la gestion des médicaments en fonction du génotype du patient permettra de réduire l’utilisation des opioïdes et de faire progresser les voies de soins de rétablissement.
La mesure non invasive du débit cardiaque deviendra un autre signe vital de routine que nous intégrerons dans les tests préopératoires, la surveillance périopératoire et les soins PACU. La capacité d’évaluer de manière non invasive l’hémodynamique avancée en continu au chevet du patient permettra de réduire considérablement les risques de gestion périopératoire.
Les systèmes de gestion des informations d’anesthésie (AIMS) avec connectivité des dispositifs de surveillance peropératoire fourniront de puissants outils d’aide à la décision avec un guidage clinique en temps réel utilisant des algorithmes d’apprentissage automatique pour prédire des choses comme l’hypotension bien avant qu’elle ne se produise cliniquement.

L’intelligence artificielle transformera les soins aux patients grâce à des systèmes d’alerte précoce (EWS) avancés qui utilisent la surveillance sans fil pour exploiter des algorithmes de reconnaissance des formes, permettant aux ordinateurs de détecter de légères variations dans les données avec des règles cliniques appliquées par l’homme (algorithmes) qui reconnaissent la détérioration du patient et activent automatiquement des interventions comme les équipes de réponse rapide, faisant de la “mort au lit” un événement jamais vu.
L’imagerie cardiovasculaire avec un logiciel d’intelligence artificielle permettra d’automatiser le calcul de la fraction d’éjection du ventricule gauche, ce qui en fera un nouveau signe vital standard pour les procédures utilisant l’échographie cardiaque peropératoire.
Les tests préopératoires seront effectués dans des cliniques virtuelles par une plateforme de type “assistant cognitif” qui effectuera des tâches répétitives et fera participer les patients par le biais de portails interactifs afin d’établir des voies d’optimisation avant les soins procéduraux. Grâce à des capacités d’analyse et de raisonnement et à un large éventail de connaissances cliniques, ce travail de routine automatisé soutiendra la prise de décision clinique et permettra aux cliniciens de se concentrer davantage sur la communication directe avec les patients et les décisions complexes en matière de soins.
Les patients auront accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à des avatars infirmiers virtuels qui les aideront à gérer leurs médicaments à domicile et leur fourniront une assistance sanitaire et un encadrement sur les choix plus sains qui favorisent les changements de mode de vie.
Des appareils portables à domicile pourront détecter une crise d’asthme avant qu’elle ne se produise et de nouveaux biocapteurs équipés d’électrocardiogrammes (ECG) et d’accéléromètres à trois axes permettront de suivre la fréquence cardiaque, le rythme, la respiration, la température, les pas et même de détecter la position du corps en cas de chute. Nous n’aurons plus besoin de demander aux patients s’ils sont actifs ou s’ils ont fait des chutes ou se sont soumis à des exercices de préréhabilitation, car ces dispositifs pourront partager ces informations pour améliorer la prise de décision commune avec nos patients.
Les capteurs d’ingrédients et les produits combinant médicaments et appareils pourront surveiller l’efficacité des médicaments et offrir la possibilité de suivre objectivement l’observance du patient. Imaginez un meilleur soutien aux familles qui s’occupent de membres de leur famille atteints de démence ou de maladie mentale grave, ou même qui confirment l’absence de drogues illicites, afin d’améliorer les soins aux patients et les résultats.
Un nouvel agent anesthésique inédit sera disponible, qui combine les propriétés sédatives-hypnotiques des médicaments actuels avec un système de distribution intraveineuse rapidement titrable, avec un indice thérapeutique élevé et des effets secondaires minimes. Cela ira au-delà de petites modifications des médicaments actuels comme un projet de remimazolam et nous fera passer à une nouvelle génération d’anesthésiques encore à découvrir. Je pense que nous devrions appeler ce nouvel anesthésique “Raplon” car j’ai toujours aimé ce nom lorsque nous avons brièvement utilisé le rapacuronium dans les années 1990. Ce serait une grande opportunité pour nous de retourner dans le futur pour au moins réutiliser ce cool agent anesthésique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code