Conseils de chirurgien sur la liposuccion

Le Dr  spécialiste en chirurgie plastique, reconstructive et esthétique, lève certains doutes sur cette opération souvent pratiquée avec trop de légèreté. La liposuccion est l’une des procédures les plus populaires de la chirurgie esthétique. Au cours des dernières années, c’est probablement l’intervention de chirurgie esthétique qui a connu le plus d’innovations technologiques capables d’améliorer les résultats et d’accélérer la récupération postopératoire. Nous avons interviewé un Dr , un chirurgien plasticien de Lausanne et Genève en Suisse, expert en techniques de chirurgie plastique corporelle, qui a levé certains doutes sur cette procédure. Le Dr va  clarifier un doute pour nous tout de suite.

On entend souvent parler de liposuccion, de liposculpture, de liposuccion HD, de lipolaser, de lipovaser, etc. Y a-t-il des différences ?

Ces dernières années, lorsqu’un patient s’intéresse à la liposuccion à Lausanne et Genève en Suisse, tous les termes que vous avez énumérés sont devenus courants. La liposuccion et la liposculpture sont aujourd’hui utilisées comme synonymes de la Liposuccion Suisse, c’est-à-dire l’aspiration de la graisse excédentaire. En réalité, la liposculpture est une technique plus raffinée que sa sœur la liposuccion. En fait, la liposuccion vise simplement à vider le tissu graisseux d’une certaine région du corps. La liposculpture vise, en éliminant l’excès de graisse, à créer de nouvelles formes et courbes dans le corps du patient. Dans les deux cas, on utilise des canules de 3-4 mm de diamètre qui, reliées à une source d’aspiration, permettent de retirer les bourrelets graisseux.

Une autre évolution est représentée par la liposuccion dite HD, également appelée liposuccion haute définition. Dans ce cas, en plus des canules normales utilisées pour la liposuccion et la liposculpture, plusieurs technologies de nouvelle génération sont utilisées pour garantir un résultat plus défini. La liposuccion HD vise, en effet, à renforcer les limites entre les groupes musculaires (en particulier ceux de l’abdomen), donnant un résultat plus athlétique et musclé. En revanche, lorsque l’on entend parler de lipolaser et de lipovaser, on fait référence à deux des nombreuses technologies disponibles en chirurgie plastique. Le laser et le Vaser ne sont pas la même chose, mais tous deux ont pour objectif de rendre la graisse plus molle et plus liquéfiée avant de la retirer à l’aide de la canule. Le Vaser, en particulier, est une technologie beaucoup plus avancée et sûre car elle permet d’agir uniquement sur le tissu adipeux et non sur les tissus importants tels que la peau, les vaisseaux ou les muscles qui, avec le laser, pourraient être soumis à des températures excessives entraînant des dommages importants.

Pouvez-vous nous dire quelles nouvelles technologies sont utilisées dans la procédure de liposuccion HD ?

Certainement, mais je voudrais d’abord préciser quel est le patient idéal pour une liposuccion HD. Alors que le patient intéressé par une liposuccion ou une liposculpture se rend chez le chirurgien plasticien avec le désir d’éliminer les excès de graisse accumulés au niveau des hanches, de l’abdomen ou des cuisses, le patient qui a besoin d’une liposuccion HD est généralement un candidat en excellente forme physique, de poids normal, qui fait régulièrement de l’exercice et contrôle son alimentation. Ces patients sont à la recherche d’un résultat haute définition, d’une amélioration qu’ils n’ont pas pu obtenir en salle de sport ou en ajustant leur apport calorique. Il s’agit généralement de patients plus perfectionnistes qui exigent quelque chose de plus qu’une liposuccion traditionnelle. Pour cette raison, il n’est pas rare d’utiliser 2 ou 3 nouvelles technologies dans une procédure de liposuccion haute définition.

 

La première technologie est ce que l’on appelle la vibroliposuccion ou liposuccion assistée par vibration, qui présente plusieurs avantages par rapport à la liposuccion traditionnelle par canule, comme une grande capacité d’extraction de la graisse, un traumatisme moindre et donc moins d’hématomes et de douleurs postopératoires, d’où un temps de récupération plus rapide. L’avantage le plus important, cependant, est dû à l’extrême précision que cette technologie offre au chirurgien plastique qui pourra ainsi sculpter les lignes et les ombres nécessaires pour donner au patient une apparence athlétique. Un deuxième appareil important est le LipoVaser ou liposuccion par ultrasons.

Comme indiqué précédemment, la technique Vaser permet au tissu adipeux de se ramollir et d’être plus facile à traiter avant d’être aspiré. Cela laisse moins d’irrégularités après l’aspiration et cause moins de traumatisme aux tissus traités, ce qui garantit un rétablissement plus rapide avec moins d’œdèmes, d’ecchymoses et de pertes de sang dans la période postopératoire. La technique Vaser est fortement recommandée aux patients qui ont déjà subi un ou plusieurs traitements de liposuccion ou qui ont subi des traitements de cryolipolyse ou de mésothérapie. Ces traitements créent une forte fibrose, c’est-à-dire des cicatrices post-traitement qui sont difficiles à traiter sans la technologie Vaser. La troisième technologie, la plus récente, est représentée par le Plasma, également connu sous le nom de Renuvion ou Plasma d’Argon. Dans ce cas, l’objectif est d’obtenir une meilleure rétraction de la peau après une liposuccion. Il faut penser au Plasma comme à une radiofréquence qui agit en interne non pas sur les cellules graisseuses mais sur les fibres qui sont présentes entre elles. Cette technologie permet à la peau d’adhérer aux fascias musculaires profonds, ce qui réduit considérablement la laxité qui peut survenir après une liposuccion. Le plasma est donc indiqué surtout chez les sujets dont la peau n’est pas parfaitement élastique et tonique et chez les patients qui souhaitent un résultat plus défini et optimal. Il est important de souligner que ces trois dispositifs entrent par de très petits trous créés pour aspirer la graisse et ne nécessitent donc pas de cicatrice supplémentaire.

Docteur, que pouvez-vous nous dire sur la sécurité de la liposuccion ?

Il arrive que l’on entende parler de décès suite à cette procédure. Malheureusement, quelques cas de décès de patients pendant ou après une procédure de liposuccion sont tristement connus. Bien sûr, ces cas sont heureusement très rares et sont le plus souvent dus à des opérations qui n’ont pas été réalisées en toute sécurité. Lorsque vous pensez vous engager sur un chemin qui mène à une intervention chirurgicale de chirurgie plastique, qu’il s’agisse d’une liposuccion, d’une abdominoplastie, d’une augmentation mammaire, il est important, avant tout, de contacter un spécialiste sérieux et expérimenté. Une complication plus ou moins importante peut survenir, l’important est que le médecin et son équipe sachent faire face à ces imprévus. Pour parler spécifiquement de la liposuccion, il est utile de préciser deux aspects fondamentaux. La première est qu’une liposuccion majeure, c’est-à-dire avec un volume de graisse aspirée supérieur à 3 litres, ne doit pas être réalisée sous anesthésie locale. Pour éviter que le patient ne ressente de la douleur, dans la première phase de la liposuccion, on injecte une solution appelée tumescente qui contient de l’eau, de l’adrénaline et un anesthésique local, généralement de la lidocaïne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code