Histoire de la chirurgie esthétique

La chirurgie esthétique semble être une procédure médicale moderne, mais elle a des origines plus longues et plus compliquées que la plupart des gens ne l’imaginent. Depuis le début de la civilisation, les gens ont toujours été préoccupés par l’apparence extérieure. Pour donner aux gens une meilleure apparence, les médecins de l’Antiquité ont conçu de nouvelles façons de pratiquer la chirurgie esthétique.
Les premières preuves de la chirurgie esthétique remontent à 2000 avant J.-C. en Inde et en Égypte. Les médecins de l’Antiquité pratiquaient la reconstruction du nez, en utilisant des roseaux pour garder les narines ouvertes en attendant que le nez guérisse. Cette forme précoce de traitement de chirurgie plastique a été mentionnée pour la première fois dans le papyrus d’Edwin Smith, une transcription d’un texte médical de l’Égypte ancienne.

Shushrut

En 600 avant J.-C., un médecin indien du nom de Sushruta était considéré comme le premier chirurgien plastique. Il a publié le Sushruta Samhita, un recueil de textes médicaux sur la chirurgie plastique et la chirurgie de la cataracte, ainsi que sur d’autres maladies. Sushruta a effectué la première greffe de peau.

Aulus Cornelius Celsus

Avec la culture qui valorisait la beauté du corps naturel, les Romains pratiquaient également la chirurgie esthétique. Au cours du premier siècle après J.-C., les médecins romains pratiquaient des rhinoplasties qui sont devenues populaires en raison de la coutume barbare de nombreux royaumes comme l’incision des lèvres supérieures et du nez des soldats ennemis. Les opérations étaient pratiquées sur d’anciens gladiateurs dont le visage et le corps étaient gravement endommagés après une bataille. Le savant romain Aulus Cornelius Celsus a écrit De Medicina, un document sur les techniques chirurgicales qui décrit certaines des procédures utilisées dans la pratique de la réduction mammaire et de la reconstruction du nez, des lèvres et des oreilles.

Après la chute de Rome, les progrès de la chirurgie plastique semblent avoir stagné jusqu’à la Renaissance.

La diffusion du christianisme a interdit tout type de modification chirurgicale du corps, comme l’avait demandé le pape Innocent III.
Au cours des années 1500, un médecin italien du nom de Gaspare Tagliacozzi a reconnu la nécessité de maintenir la peau greffée alimentée en sang pour éviter les infections. Avant son temps, la greffe de peau consistait à couper la peau d’une zone et à la coudre dans une autre. Tagliacozzi a mis au point une méthode de reconstruction nasale pour corriger la déformation du nez en selle en utilisant des lamelles de peau de la partie supérieure du bras. Cependant, ce processus est extrêmement douloureux car la technologie de l’anesthésie en était encore à ses débuts à cette époque. De plus, son travail était entravé par l’influence de l’église.

Pendant des siècles, l’industrie de la chirurgie esthétique a continué à se battre.

Si les techniques d’anesthésie n’ont pas été établies, les opérations qui impliquent des tissus sains sont très douloureuses.
Cependant, des efforts ont été faits pour que la chirurgie esthétique et plastique devienne plus précise et plus raffinée. En 1793, le chirurgien français François Chopart a pratiqué une intervention chirurgicale sur une lèvre en utilisant un lambeau provenant du cou. En 1814, la première rhinoplastie réussie en Angleterre a été réalisée par le chirurgien Joseph Carpue sur un officier militaire britannique qui avait perdu son nez à cause des effets toxiques des traitements au mercure. Carpue a fait appel aux pratiques chirurgicales indiennes il y a longtemps. En 1818, un chirurgien allemand du nom de Carl Ferdinand von Graefe a fondé la chirurgie rhinoplastique allemande et a publié son travail intitulé Rhinoplastik. Von Graefe a modifié les méthodes italiennes de Tagliacozzi en matière de greffe de peau.
Entre-temps, en 1827, le premier chirurgien plastique américain John Peter Mettauer a pratiqué la première opération de fente palatine en utilisant des instruments qu’il avait lui-même conçus.
Un obstacle majeur à la chirurgie esthétique a été levé dans les années 1860 lorsque le modèle de chirurgie aseptique du médecin anglais Joseph Lister a été introduit en Allemagne, en France, en Italie et en Autriche. Lorsque l’anesthésie a été perfectionnée dans les années 1880, la chirurgie esthétique est devenue une méthode plus sûre et moins douloureuse pour modifier des parties du corps. En outre, le déclenchement des guerres a changé à jamais le cours de l’histoire de la chirurgie esthétique.

Pendant la Première Guerre mondiale, la chirurgie esthétique a connu un essor considérable.

La chirurgie plastique a été initiée par le chirurgien né en Nouvelle-Zélande, Sir Harold Gillies. Il a développé plusieurs techniques impliquant des greffes de peau et de pédicule, traitant principalement les soldats qui ont souffert de blessures faciales pendant la Première Guerre mondiale. Un chirurgien oral arménien américain, Varaztad Kazanjian, a été considéré comme le fondateur de la pratique moderne de la chirurgie plastique et a été le pionnier de diverses techniques de chirurgie maxillo-faciale.
Au milieu des années 20, la première formation officielle et la première bourse pour la chirurgie plastique ont été créées à Johns Hopkins. Entre-temps, la première division de chirurgie plastique dans un hôpital public a été créée à l’hôpital de New York.
La chirurgie plastique a été institutionnalisée par la communauté médicale en 1931, lorsque la Société américaine des chirurgiens plastiques et reconstructeurs, aujourd’hui connue sous le nom de Société américaine des chirurgiens plastiques, a été fondée par les docteurs Jacques Maliniac et Gustave Aufricht. En 1937, l’association a formé l’American Board of Plastic Surgery pour élever les normes de la spécialité. Voir cette vidéo Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=n5BEucsMJGg et vous en saurez plus

Histoire de la chirurgie plastique

Lorsque nous parlons de chirurgie plastique, esthétique ou reconstructrice, nous faisons référence à la spécialité de la chirurgie dont l’objectif est de restaurer l’intégrité anatomique du corps, ou de corriger une altération ou un défaut physique.
Au cours du siècle dernier, les interventions de chirurgie esthétique ont augmenté de manière presque exponentielle. Cela est dû, entre autres, aux nouvelles techniques utilisées – qui facilitent la récupération du patient -, à l’augmentation des interventions auprès des patients masculins et à leur accessibilité à des personnes disposant de ressources économiques différentes. Ces facteurs ont contribué à démocratiser ce type de chirurgie, permettant à des milliers de patients de pallier différents défauts physiques qui, dans de nombreuses occasions, sont sources de complexes et de perte de confiance. Cependant, il est important de rappeler que la recherche d’une apparence belle ou même normale est constante dans les différentes civilisations humaines.

Histoire de la chirurgie

Les origines de la chirurgie plastique remontent au deuxième millénaire avant Jésus-Christ. L’objectif de ces premières interventions était de corriger l’apparence des blessures produites par la nature ou par d’autres hommes. Ces efforts étaient déjà consignés dans le papyrus égyptien d’Ebers, daté de 1500 ans avant notre ère.
L’une des fonctions des premières chirurgies esthétiques était de résoudre les altérations produites par les amputations, l’une des punitions les plus courantes dans les civilisations anciennes. Nous avons l’un des exemples les plus représentatifs dans les premiers royaumes de l’Inde, qui avaient l’habitude d’amputer le nez et les oreilles en guise de punition pour certains crimes. Le Susruta Samhita, un recueil de traités médicaux datant de 800 à 400 avant J.-C., fait déjà état de certaines des premières interventions chirurgicales pratiquées, comme la rhinoplastie et la chéiloplastie. La rhinoplastie avait une importance particulière dans la culture hindoue, puisque l’adultère était puni par l’amputation du nez. C’est pourquoi Susruta, considéré comme l’un des pères de la médecine indienne, consacre une partie de son livre à expliquer la restauration d’un nez mutilé :
“Lorsque le nez d’un homme a été coupé (comme punition) ou détruit (par une maladie ou un combat guerrier), le médecin prend la feuille d’une plante qui a la taille de la partie détruite, et la place sur le front ou la joue pour découper un morceau de peau de dimension égale (mais de telle sorte que la peau reste attachée à une extrémité). Les bords du moignon du nez sont rafraîchis avec le scalpel, pour le recouvrir des deux côtés avec la peau préparée, en la cousant autour des bords. Placez ensuite deux tubes fins à la place des narines pour faciliter la respiration et maintenir la forme de la peau appliquée. On termine en plaçant sur la zone brute de la poudre de sapan, des racines de réglisse et du berbéris, pour finalement la recouvrir de coton. Dès que la peau a été intégrée au nez ou à la zone réceptrice, la connexion avec la zone donneuse est coupée”.

Histoire de la rhinoplastie

Cette intervention, en apparence très rudimentaire, est pourtant l’une des bases de la chirurgie plastique d’aujourd’hui. En fait, les sutures décrites par Susruta sont similaires à celles utilisées aujourd’hui. Dans la civilisation romaine, le travail du chirurgien qui parvenait à dissimuler les cicatrices “F” et “K” était très apprécié. Ces marques étaient gravées au fer chaud sur les esclaves, les fugitifs ou les calomniateurs. Martial, un chroniqueur de l’époque, mentionne dans ses écrits Eros, un chirurgien réputé pour enlever de telles cicatrices. En fait, sous l’Empire romain, la chirurgie esthétique était si importante que même l’empereur Justinien II a subi une rhinoplastie après avoir perdu son nez au combat.
Ces techniques chirurgicales ont été transmises de génération en génération dans certaines familles siciliennes pendant la Renaissance. C’est le cas des frères Branca, qui ont popularisé la technique indienne de rhinoplastie en Europe. En Calabre, il y avait aussi une grande tradition esthétique, comme dans la famille des Vianeo de Maida, ou des Boiano de Tropea. Le duc d’Urbino, par exemple, a perdu son œil droit lors d’un tournoi vers 1450. Pour augmenter le champ visuel de son œil gauche, il a subi une intervention chirurgicale consistant à enlever la partie supérieure de sa cloison nasale. Le résultat de cette chirurgie est visible dans certains de ses portraits.
Malgré ces exceptions notables, la chirurgie esthétique a subi un grand recul au cours du Moyen Âge. La chute de l’Empire romain et la montée du christianisme sont quelques-unes des raisons de cette stagnation. En fait, les interventions esthétiques ont été interdites au XIIIe siècle par le pape Innocent III car elles étaient considérées comme une pratique blasphématoire qui s’attaquait à l’œuvre divine.

Histoire de la chirurgie esthétique

À la Renaissance, cette spécialité a été relancée par Gaspar Tagliacozzi, considéré comme le père de la chirurgie plastique moderne. Il a été professeur d’anatomie et de chirurgie à l’université de Bologne pendant la seconde moitié du XVIe siècle. L’union de ses profondes connaissances anatomiques et de ses compétences chirurgicales lui a permis de réaliser avec succès des opérations telles que la rhinoplastie, ou des interventions sur les oreilles et les lèvres. Sa technique consistait à attacher un lambeau de peau prélevé sur le bras au nez jusqu’à ce qu’il soit complètement fixé. Cependant, malgré les progrès qu’il a introduits, ses interventions ont été condamnées par les chirurgiens de l’époque ainsi que par l’Église et l’Inquisition.
Ce n’est que bien après le XVIIIe siècle que le Gentleman’s Magazine a été publié en Angleterre. Il rapporte que, sous les auspices du roi George IV, la chirurgie plastique était autorisée pour tous ceux qui en avaient besoin. Dans le reste de l’Europe, la chirurgie esthétique reprend officiellement en 1822 grâce aux travaux de J. F. Dieffenbach, professeur à l’université de Berlin et chirurgien novateur de la spécialité.
La figure de Jacques Joseph, qui a contribué de manière significative au développement de la chirurgie plastique, est particulièrement importante. En 1896, il a réalisé la première opération d’otoplastie de l’histoire. L’opération ayant été un succès, il a décidé de publier la nouvelle technique qu’il avait utilisée. Cependant, l’université de Leipzing a publiquement rejeté ses innovations. Il a également mis au point une technique de rhinoplastie qu’il a appelée “Rhinomyosis”, qui consistait à pratiquer une incision externe sur l’arête du nez, qu’il transformait ensuite en incision interne. Ses bons résultats et ses cicatrices discrètes ont entraîné une amélioration notable de l’état psychologique du patient. Bien qu’en avance sur son temps, ses découvertes lui coûtent son licenciement en raison des préjugés féroces de la société de l’époque. Sa détermination à améliorer la qualité de vie de ses patients par la correction de leur apparence physique est enfin reconnue, ce qui lui vaut d’occuper la première chaire de chirurgie plastique à l’université de Berlin en 1918.

Histoire de la chirurgie esthétique

Il a fallu attendre la Première Guerre mondiale pour que la chirurgie plastique acquière la pertinence dont elle jouit aujourd’hui. Le nombre considérable de soldats mutilés et défigurés a rendu nécessaire la création de centres spécialisés dans la chirurgie plastique et reconstructive. C’est dans plusieurs de ces centres qu’ont été formés certains des professionnels les plus prestigieux et les plus novateurs de la spécialité, tels que Morestin, Sir H. Gillies et V.H. Kazanjian. En 1921, après la fin de la guerre, la première société de chirurgie plastique apparaît aux États-Unis : “American Association of Oral and Plastic Surgeons”.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code